Accueil > Actualités > Nouvelle présidence Nathalie PÉCHALAT

Nouvelle présidence Nathalie PÉCHALAT

" Je mets toute mon énergie pour que la tâche qui m’incombe se traduise en réussite "

Le 14 mars, Nathalie Péchalat, ancienne médaillée mondiale de danse sur glace, a été élue à la tête de la Fédération Française des Sports de Glace. Elle a choisi de mener de front « plusieurs grands chantiers » : restructurer, lutter contre les violences sexuelles, redorer l’image de la Fédération et améliorer son rayonnement.

Nathalie PECHALAT

Comment se sont passés vos premiers mois de Présidente de la FFSG ?
Avant tout, je suis honorée de la confiance qu’on me porte. Je mets toute mon énergie pour que la tâche qui m’incombe se traduise en réussite.

Pendant le confinement, avec les membres du Bureau Exécutif, nous avons pu tout remettre à plat, tout décortiquer et avancer de façon significative.
Apporter des garanties pour retrouver la confiance du Ministère des Sports est essentiel pour écarter la menace du retrait de l’agrément. La lutte contre les violences et l’éthique ont été pendant le confinement le dossier numéro 1.

Des grands chantiers sont en cours et doivent être menés à bien :
 aider les sportifs de haut niveau à performer. C’est essentiel car on est à moins de 2 ans des prochains Jeux d’hiver.
 valoriser l’ensemble des disciplines.
 assurer le bon déroulement des événements.
 trouver des partenaires, évidemment.

Avez-vous le sentiment que le scandale des violences sexuelles qui a secoué la Fédération et le monde du sport en général a provoqué une vraie prise de conscience ? Qu’est-ce que cela a changé ?
Cette crise a permis d’ouvrir des enquêtes, grâce à de nombreux témoignages, et de faire la lumière sur des problèmes sociétaux qui impactent aussi le milieu du sport. C’était le grand combat de la Ministre des Sports et ce scandale très médiatisé a mis un coup d’accélérateur. Je suis très positive sur tout ce qui se structure autour de ce mouvement. Chacun doit prendre ses responsabilités morales, c’est le seul moyen d’avancer.

Est-ce que tous les sportifs de haut niveau ont pu reprendre l’entraînement ?
Oui. Même si la reprise a été progressive selon les disciplines et les lieux d’entraînement (quelques-uns s’entraînent à l’étranger). Les sportifs figurant sur les listes ministérielles de haut niveau sont assimilés à des sportifs professionnels – et donc au domaine économique, ils ont pu, toutes disciplines confondues, reprendre l’entraînement après un bilan médical imposé par le gouvernement et avec toute la prudence que le contexte sanitaire impose.

Comment la Fédération a-t-elle accompagné les clubs dans cette période de crise sanitaire ?
Cette période a eu des conséquences lourdes sur la trésorerie des associations sportives. Nombre d’entre elles comptent sur leur gala - ou démonstration - de fin d’année pour pouvoir assumer la saison prochaine… tout comme leurs stages estivaux. Comme nombre de Fédérations, nous avons créé une FAQ pour pouvoir apporter des réponses à leurs questions. Plus qu’un relais d’instructions, nous avons collaboré avec le CNOSF et le Ministère des Sports pour apporter des solutions aux associations par la création de « Fiches Techniques de reprise de l’activité sportive » ou via la plateforme « Soutiens ton club » par exemple.

Il ne faut pas oublier qu’un contrat d’adhésion à un Club (donc à une association « 1901 ») n’est pas un contrat de prestation de services classique. Comme le dit très bien le CNOSF, « le principe de solidarité est la base de cet édifice d’intérêt général au service de tous ». Nous espérons que les clubs trouveront, en interne, les bonnes solutions pour sortir de cette crise tout en conservant la confiance de leurs licenciés et restons bien sûr à leur écoute.

Quelle est votre priorité ?
Faire entrer la FFSG dans le cadre demandé par le Ministère. Pas seulement pour lever la menace du retrait de l’agrément, mais parce que c’est la bonne chose à faire pour protéger et accompagner nos clubs et nos licenciés. Je ne veux plus que la FFSG soit pointée du doigt dans les médias, nous faisons tout pour être les bons élèves, entrer dans une dynamique positive avec un esprit de travail collectif, privilégiant l’écoute, la transparence et l’honnêteté.

Le but est de développer nos pratiques sportives, former les entraîneurs et faire briller nos champions. Ce sont elles et eux qui méritent d’être dans la lumière !