Accueil > Actualités > Magali Leininger et Grégory Brissaud : « L’ambiance d’un match de foot (...)

Magali Leininger et Grégory Brissaud : « L’ambiance d’un match de foot »

Nous avons rencontré Magali Leininger et Grégory Brissaud, co-capitaines de l’équipe lyonnaise de patinage artistique synchronisé, les Zoulous. Confidences.

Photo synchro

« Qu’est-ce qui vous a amenés à pratiquer le patinage artistique synchronisé ?

Magali Leininger : tous les deux, on vient de la danse sur glace. On a changé de discipline au passage en seniors. Ce qui m’a vraiment intéressée en synchro, c’est le fait de travailler en équipe, cette idée qu’à plusieurs on est beaucoup plus forts. Le fait de se retrouver dans un collectif à 16, c’est énormément d’opportunités, plein de dangers et aussi des perspectives sur des compétitions internationales, comme des participations à des championnats du monde.

Grégory Brissaud : ce qui m’a poussé à me mettre au patinage artistique synchronisé, c’est le côté "waouh" de la discipline, très show, très impressionnant. C’est une discipline avec beaucoup de frissons et de très bonnes ambiances dans les compétitions. Une patinoire lors d’un championnat du monde, c’est un stade de foot pendant un match, c’est vraiment quelque chose d’incroyable.

Qu’est-ce qui fait la spécificité de ce sport ?

Magali Leininger : c’est le fait que ce soit un sport d’équipe. C’est d’ailleurs l’un des rares sports d’équipe qui ne soit pas un sport d’opposition, comme le hockey. Il y a vraiment la dimension de troupe artistique, comme une troupe de danse mais avec ce côté technique qui est noté, comme les autres disciplines d’expression en patinage. La grosse spécificité, aussi, c’est notre nombre sur la glace. Ça nous permet de faire plein de croisements, des portés…

Grégory Brissaud : ce qui est bien, c’est que l’on a nos propres éléments, comme les entrecroisements, mais aussi des éléments qui se retrouvent dans les autres disciplines : les séries de pas comme en danse sur glace, les portés au-dessus de la tête comme en couple artistique… On peut très bien chorégraphier par des sauts, aussi. On arrive à avoir des patineurs qui viennent de tous les horizons parce que c’est vraiment un sport collectif et en même temps, il y a des critères que l’on peut retrouver dans pas mal de disciplines du patinage.

Que diriez-vous à un jeune patineur qui hésite et voudrait se lancer en synchro ?

Grégory Brissaud : Magali avait dit une phrase que j’avais bien aimée : je lui dirais d’abord d’essayer, et puis l’essayer, c’est l’adopter !

Magali Leininger : il y a une part de risque que l’on retrouve en artistique, en couple plus qu’en danse, même si la danse devient très spectaculaire avec beaucoup de portés, etc. C’est peut-être une discipline qui va faire un petit peu peur, mais ce frisson que l’on ressent de l’extérieur quand on regarde de la synchro, c’est un plaisir et un bonheur à vivre. Je pense que c’est une discipline qui mérite d’être essayée. Ça vaut vraiment le coup si on est dans le patinage, par exemple, de tenter l’expérience du patinage artistique synchronisé et ça peut vraiment ouvrir de nouvelles possibilités, de nouveaux horizons.

Grégory Brissaud : en plus, le patinage artistique synchronisé est une discipline en perpétuelle évolution, avec un Championnat du monde relativement neuf. Je suis arrivé dans l’équipe il y a cinq ans. Ce que l’on faisait à l’époque et ce que l’on fait aujourd’hui, c’est déjà multiplié par deux, trois. C’est une discipline qui est en train d’évoluer pour trouver son chemin et pouvoir se stabiliser, il y a encore plein de choses à innover.

Que diriez-vous pour promouvoir votre discipline ?

Magali Leininger : en France, il existe un événement très, très important depuis plus de 20 ans, c’est la French Cup, qui sera début février 2021. C’est une très belle compétition qui réunit parmi les meilleures équipes au monde ; il n’y a pas de quota sur les nations, donc on retrouve parfois un plateau plus élevé qu’aux Championnats du monde.

Grégory Brissaud : si quelqu’un veut nous rejoindre, on peut directement nous contacter sur nos réseaux sociaux (Facebook ou Instagram). »