Accueil > Actualités > Daniel Anghelone : « Une source de motivation supplémentaire »

Daniel Anghelone : « Une source de motivation supplémentaire »

Focus sur Daniel Anghelone, Directeur Général du groupe Bontaz, partenaire majeur de la Fédération Française des Sports de Glace.

Bontaz photo

« Comment avez-vous connu le monde des sports de glace ?

J’ai connu le monde des sports de glace, comme beaucoup de personnes je pense, en regardant les Jeux Olympiques à la télévision.

Quelles sont les grandes lignes de l’histoire de Bontaz ?

Le Groupe Bontaz, du nom de son créateur Yves Bontaz, est né en 1965 à Marnaz, en Haute-Savoie, au cœur des Alpes françaises. Jusqu’en 1980, l’entreprise familiale travaillait surtout comme sous-traitant pour le secteur automobile. Puis l’entreprise a commencé à développer des sous-ensembles plus complexes, comme des systèmes de freinage. C’est dans les années 1990 que le Groupe a changé de statut pour devenir équipementier de rang 1. Nous avons ainsi intégré un bureau d’études à Marnaz ainsi qu’un service commercial pour mieux répondre aux attentes de nos clients.

A partir de 1995, nous avons exporté notre savoir-faire à l’international pour être au plus près de nos clients et présents sur de nouveaux marchés, notamment l’Asie. Aujourd’hui, nous sommes sur 10 sites dans le monde avec plus de 4000 collaborateurs et continuons de travailler avec les plus grands constructeurs automobiles.

Comment est née la relation entre Bontaz et la FFSG ?

Yves Bontaz avait été mis en relation avec la FFSG par des connaissances communes dans le réseau du bobsleigh. Nous avions alors trouvé intéressant d’apporter nos compétences en développement produit à cette discipline exigeante sur le plan technique. Et l’histoire continue en 2020… Nous nous sommes engagés jusqu’aux Jeux de Pékin 2022 avec l’équipe de France féminine et masculine.

Quels sont les objectifs de développement de Bontaz, en lien avec la FFSG ?

Le Groupe Bontaz a pour objectif d’accompagner le développement du bobsleigh sous la forme d’un mécénat de compétences. Il y a beaucoup de parallèles entre le bobsleigh et l’automobile : rigueur, vitesse, précision, performance. C’est un moyen de mettre en application nos savoir-faire sur un sujet sportif en dehors du cadre habituel. Pour les équipes du bureau d’études qui travaillent dessus, c’est une source de motivation supplémentaire. C’est aussi une opportunité de mettre en avant aux yeux du grand public le travail réalisé par nos équipes R&D. Chaque année, nous nous penchons sur de nouveaux points pour améliorer la performance du bobsleigh (aérodynamisme, glisse,…). »