Accueil > Actualités > Aurélie Monvoisin : « Faire quelque chose aux Jeux »

Aurélie Monvoisin : « Faire quelque chose aux Jeux »

Rencontre avec Aurélie Monvoisin, notre spécialiste de short-track. Elle évoque ses débuts, sa saison et son objectif olympique.

Aurélie Monvoisin Nos acteurs

Quand et comment avez-vous débuté le short-track ?

Au départ, j’ai fait comme ma grande sœur, j’ai pratiqué la danse sur glace. Juste avant mon cours, il y avait du short-track et j’ai été attirée par le fait de les voir se pencher sur la glace dans les virages. J’ai tout de suite voulu savoir ce que l’on pouvait ressentir, l’adrénaline que ça procurait. Et j’ai donc commencé. J’avais 7 ans.

Comment définiriez-vous votre discipline ?

C’est impressionnant, que l’on parle de la vitesse, des moments où l’on se penche, des virages, des dépassements que les patineurs peuvent faire… Il faut absolument essayer ! C’est à ce moment-là que l’on ressent les sensations, l’adrénaline, la vitesse… C’est un jeu, on joue avec son adversaire. C’est juste incroyable.

Pouvez-vous revenir sur votre titre de championne d’Europe et votre médaille d’argent aux Championnats du Monde, à chaque fois avec le relais ?

Le titre européen, c’était incroyable. Je revenais de blessure (au dos), j’avais manqué deux mois d’entraînement. Il y a eu beaucoup de stress, de remises en question, de doutes… On ne s’attendait pas du tout à avoir cette médaille avec cette équipe-là, qui est jeune tout de même.
On a confirmé avec la médaille d’argent mondiale. On se sentait fortes, on avait confiance en nous et on voulait absolument aller la chercher. Une fois qu’on y a goûté, on veut y goûter de nouveau. On était sur un petit nuage, c’était parfait.

Quels sont vos objectifs pour la prochaine saison ?

Garder le mental que j’ai eu cette saison, le plaisir de jouer, de m’entraîner, faire de belles choses en compétition.
Je cherche à monter sur des podiums en individuel et par équipe. Je ne vise pas seulement la qualification pour les Jeux Olympiques de Pékin 2022, je veux y faire quelque chose, ne pas y aller pour rien.

Qu’avez-vous appris sur vous-même au cours de votre carrière ?

J’ai appris à lâcher prise. J’ai déjà eu beaucoup de blessures. Une fois que j’ai accepté la blessure, il suffit juste que je me dise "c’est reparti" ; alors, je me reconcentre, j’oublie la frustration, ce qui s’est passé et je me projette sur l’avenir.

On est notre seule limite. Si on croit en nos capacités, on y arrive, qu’importe ce que les autres peuvent dire. Si on l’a décidé, tout peut arriver.